alert icon
Ce site n'est pas compatible avec Internet Explorer 8. Effectuez utilisez un navigateur plus récent.
Masquer le message hide icon

Installation d’un déverseur : conseils pour les ingénieurs responsables d’un système d'échantillonnage | Point de repère

Déverseurs

Installation d’un déverseur : conseils pour les ingénieurs responsables d’un système d’échantillonnage

Jon Kestner, responsable produit

Les déverseurs sont notamment utilisés pour protéger les équipements sensibles des systèmes d’échantillonnage utilisés dans de nombreuses installations industrielles, en maintenant la pression en amont de ces équipements à un certain niveau. Cependant, pour faire bon usage d’un déverseur, les ingénieurs responsables d’un système d’échantillonnage doivent veiller à éviter quelques erreurs de conception courantes, et notamment les suivantes :

  • Négliger l’importance d’un dispositif limitant le débit en amont
  • Laisser un débit trop élevé traverser l’analyseur
  • Monter un détendeur en série avec un déverseur sans réducteur de débit entre les deux dispositifs

Dans cet article, nous allons nous pencher sur les meilleures pratiques pour concevoir et construire un système d’échantillonnage contenant un déverseur et découvrir comment éviter ces erreurs de conception courantes.

Installer un déverseur

Contrairement à un détendeur, un déverseur régule la pression d’entrée (pression amont) et est généralement installé en bout de ligne. À l’inverse, un détendeur régule la pression de sortie (pression aval) et est généralement installé en début de ligne. Ces deux types de régulateurs ont pour fonction d’équilibrer la force résultant de la pression du système avec la force exercée par le ressort, laquelle dépend de la pression de réglage du régulateur.

Si cet équilibre est perturbé par une baisse ou une hausse de la pression extérieure, le clapet du régulateur se rapproche ou s’éloigne du siège. Selon le mouvement du clapet, l’écoulement à travers le régulateur est facilité ou retenu jusqu’à ce que l’équilibre des forces soit rétabli.

Fig 1. Cette figure représente le schéma typique du montage d’un déverseur. Le déverseur maintient une pression constante au niveau de l’analyseur (A) en jouant sur la quantité de fluide déviée dans une ligne de dérivation. Les réducteurs de débit (R1 et R2) aident le déverseur à réguler correctement la pression. Image © 2013 “Industrial Sampling Systems”

La figure 1 représente l’installation typique d’un déverseur dans un système d’échantillonnage. Lorsqu’une partie de l’écoulement n’est pas utilisée par l’analyseur (A sur la figure 1), le rôle du déverseur est de détourner le fluide dans une ligne de dérivation. Lorsque la pression varie en amont, le déverseur modifie alors le débit dans la ligne de dérivation afin que la pression d’entrée reste constante et que l’écoulement du fluide jusqu’à l’analyseur soit régulier.

Un déverseur nécessite qu’un réducteur de débit (généralement une vanne à pointeau) soit installé en amont (R1 sur la figure 1) pour l’aider à réguler la pression d’entrée. Si aucun réducteur de débit n’est installé entre le déverseur et le système (même un tube de grande longueur n’occasionnera qu’une chute de pression minime avec un gaz), le déverseur va alors s’ouvrir entièrement pour tenter de faire baisser la pression en amont en déviant suffisamment de gaz. Cela ne sera pas efficace. Avec un réducteur en place, en revanche, l’augmentation de la vitesse d’écoulement entraînera une chute de pression plus forte à ce niveau et fera baisser la pression en aval.

Une erreur souvent commise par les concepteurs de systèmes d’échantillonnage consiste à ignorer les réducteurs de débit et à penser que le déverseur peut à lui seul réguler directement la pression en amont. Or, sans réducteur, la pression ne va que très légèrement varier si le débit vient à changer dans le système. Le régulateur continuera à gaspiller le fluide du process pour augmenter le débit alors que la pression d’entrée qu’il essaie de réguler ne va pas varier. Le régulateur peut ainsi se retrouver en position complètement ouverte.

Laisser une quantité de fluide traverser le réducteur de débit placé avant l’analyseur (R2 sur la figure 1) est une autre erreur de conception, car cela peut faire descendre la pression à l’entrée du régulateur en dessous de la pression de réglage de ce dernier. Cela peut aboutir à la fermeture complète du régulateur, ce qui va réduire le débit dans la ligne de mise à l’air libre. Pour une meilleure régulation de la pression, le réducteur de débit placé en amont (R1) doit être dimensionné de manière à permettre une certaine circulation du fluide dans le régulateur, même lorsque le débit est égal au débit maximal toléré par l’analyseur.

Pour parvenir à un système fonctionnel tel que celui représenté sur la figure 1, les concepteurs doivent commencer par fermer le réducteur R2 et régler le réducteur R1 de manière à ce que le débit dans la ligne de dérivation soit suffisant pour obtenir le temps de réponse souhaité, puis affiner le réglage du réducteur R2 pour obtenir le débit souhaité dans l’analyseur. Le débit dans la ligne de dérivation devrait baisser automatiquement dans les mêmes proportions. Si nécessaire, ouvrez lentement le réducteur R1 jusqu’à ce que l’écoulement dans la ligne de dérivation soit au moins aussi rapide que l’écoulement dans la ligne de mise à l’air libre au-delà de l’analyseur. Cela permettra au déverseur de réguler la pression d’entrée lorsque la pression varie en amont. Si vous prévoyez des variations importantes de la pression, réglez le réducteur R1 de manière à générer un faible écoulement dans la ligne de dérivation à une pression égale à la plus faible pression attendue en amont.

Une fois la pression régulée par le déverseur en association les réducteurs de débit R1 et R2, il est alors possible de contrôler le débit du fluide acheminé vers l’analyseur et la ligne de mise à l’air libre.

Dans la mesure où ces trois composants régulent le débit vers l’analyseur et dans la ligne de dérivation, il n’est pas nécessaire d’installer une vanne à pointeau ou tout autre réducteur de débit sur la ligne de mise à l’air libre de la dérivation. Cependant, un débitmètre installé sans vanne à pointeau sur la ligne de dérivation est utile pour vérifier que le déverseur laisse passer du fluide et qu’il régule sa pression d’entrée.

Fig 2. Cette figure illustre l’erreur courante d’un système dans lequel un détendeur et un déverseur montés en série et sans réducteur de débit installé entre les deux se retrouvent en concurrence et ne parviennent pas à maîtriser la pression de manière efficace. Image © 2013 “Industrial Sampling Systems”

Utilisation d’un déverseur et d’un détendeur montés en série

Comme le montre la figure 2, placer un déverseur juste après un détendeur est une autre erreur de conception. Vu que deux régulateurs ne peuvent pas contrôler la même pression, l’un des deux doit l’emporter sur l’autre.

Examinons alors deux situations. Dans la première, la pression de réglage du déverseur est supérieure à la pression de sortie du détendeur. Le déverseur restera alors fermé faute d’une force suffisante pour soulever le clapet de contre-pression du siège et permettre au fluide de s’écouler. Dans ce cas de figure, le fluide ne circule pas dans la ligne de dérivation et le déverseur reste fermé.

Dans la seconde situation, la pression de réglage du déverseur est inférieure à la pression de sortie du détendeur. Comme le débit augmente à présent, la pression à la sortie du détendeur va diminuer en suivant la courbe de baisse graduelle de la pression de sortie du détendeur utilisé. Le débit augmente sensiblement, ce qui fait monter la pression à l’entrée du déverseur et amène celui-ci dans le haut de sa courbe d’accumulation.

Le résultat de cette augmentation dépend des réglages des deux régulateurs :

  • Si les deux pressions de réglage sont proches, le débit va augmenter jusqu’à ce que la pression à la sortie du détendeur s’équilibre avec la pression à l’entrée du déverseur. Cela se produira toutefois à un débit très élevé.
  • Si l’écart entre les deux pressions de réglage est important, le débit va augmenter jusqu’à ce que l’un des régulateurs ne contrôle plus rien. Un régulateur contrôlera la pression tandis que l’autre va agir comme un réducteur de débit.

Fig 3. Cette figure montre comment l’erreur de conception représentée sur la figure 2 amène les deux régulateurs à maintenir une pression intermédiaire entre leurs pressions de réglage respectives, mais à un débit élevé. Image © 2013 “Industrial Sampling Systems”

Le débit dans la ligne de dérivation dépend de l’écart entre les deux pressions de réglage. Il augmente jusqu’à ce que les deux régulateurs « déclarent une trêve ». Lorsque la pression en amont varie ou que le débit vers l’analyseur fluctue, les deux régulateurs tentent de maintenir une pression intermédiaire entre leurs pressions de réglage respectives avec un résultat incertain. La figure 3 illustre ce qui se produit dans ce cas.

Cela ne signifie pas que les deux régulateurs ne peuvent pas fonctionner s’ils sont montés en série. En revanche, il est impératif de prévoir un réducteur de débit entre les deux. La figure 4 illustre cette situation dans laquelle les deux régulateurs, s’ils sont bien réglés, fonctionnent normalement et maintiennent une pression constante de chaque côté des deux réducteurs de débit. La régularité de cette pression permet d’obtenir un débit stable et protège l’analyseur des variations de la pression en amont du détendeur et en aval du déverseur.

Fig 4. Cette figure montre comment l’utilisation d’un réducteur de débit entre deux régulateurs – un déverseur et un détendeur – permet de contrôler efficacement la pression et le débit. Image © 2013 “Industrial Sampling Systems”

Un système fonctionnel

Pour garantir le bon fonctionnement d’un déverseur, le système d’échantillonnage doit être conçu avec soin de manière à être certain que le déverseur va remplir son rôle de régulation de la pression. Une pression trop élevée ou trop basse peut causer des dégâts ou augmenter le temps de réponse du système.

Si vous vous posez des questions pour installer des régulateurs de pression dans vos systèmes d’échantillonnage, nous pouvons vous aider. Les ingénieurs terrain Swagelok peuvent visiter vos installations pour évaluer votre système d’échantillonnage, vous conseiller sur la conception du système ou résoudre les problèmes que vous rencontrez. Sinon, vous apprendrez tout de la conception et de l’utilisation des systèmes d’échantillonnage en suivant nos formations « Systèmes d’échantillonnage des analyseurs de process (PASS)  » et « Maintenance et résolution des problèmes des systèmes d’échantillonnage (SSM)  ».

Pour plus d’informations, contactez votre point de vente et centre de services agréé Swagelok.

Articles Liés

détendeurs

Comment utiliser un détendeur pour réduire le temps de réponse d’un système d’instrumentation analytique

Le temps de réponse d’un système d’analyse est souvent sous-estimé ou mal compris. L’utilisation d’un détendeur permet de réduire ce temps de réponse. Découvrez comment maîtriser le temps de réponse de votre système d’analyse grâce aux conseils d’experts de Swagelok.

systèmes-fluides-industriels

7 conseils pour construire des systèmes fluides industriels plus sûrs

Lors de la conception de systèmes fluides industriels, la sûreté des installations doit toujours être une priorité. Découvrez comment votre équipe d’ingénieurs et de techniciens peut réduire les risques de sécurité et garantir la disponibilité des systèmes grâce aux conseils de Swagelok pour concevoir et assembler des systèmes.

vannes d'arrêt

Comment isoler les lignes d’un système fluide industriel avec des vannes d’arrêt

Savoir isoler des lignes avant de procéder à la maintenance d’un système fluide industriel est essentiel pour la sûreté des installations. Un des moyens les plus sûrs pour isoler une ligne dans un système fluide consiste à installer deux vannes d’arrêt. Découvrez comment concevoir des configurations adaptées à votre système.